Entreprise du Patrimoine Vivant Entreprise du Patrimoine Vivant


La faïencerie Bourg- Joly Malicorne : de la Sarthe au mariage princier de Monaco

C’est en 1747 que la faïencerie du Bourg-Joly Malicorne ouvre ses portes, au cœur de la vallée de la Sarthe. Son fondateur, Jean Loiseau, n’est autre qu’un ancien capitaine au long cours ayant auparavant travaillé dans les faïenceries de Nevers. Séduit par la région, il décide de s’y établir pour travailler la richesse de sa terre : l’argile. Au fur et à mesure que l’atelier prospère, la faïencerie se tourne vers l’art décoratif et l’art religieux. La faïencerie passe en 1785 aux mains de son fils, puis bénéficiant d’une solide réputation régionale, elle est rachetée par Cador en 1829. Elle est par la suite reprise par le gendre de ce dernier, Jules Béatrix, et ses descendants, Léon Pouplard et Jules Moreau.

En 2008, cependant, la faïencerie tombe à l’abandon et l’entreprise familiale dépose le bilan. C’est sans compter sur la fidélité et la motivation de passionnés, clients de la faïencerie, qui la reprennent dès janvier 2009, année du renouveau. L’obtention du label EPV en août 2010 marque une étape dans la remise en route de l’entreprise. Nous avons interrogé Eric Le Calvez, son Président, pour en savoir plus sur ce nouveau départ.

 

Par quels moyens comptez-vous donner un souffle nouveau à votre entreprise ?


Après la réouverture de 2009, de gros efforts de réaménagement ont été accomplis et un plan d’investissement a été mis en œuvre afin de sauver l’outil de production. La rénovation de l’atelier a également commencé afin de pouvoir recevoir des visites : couverture, toiture, plancher et mise aux normes. Nous avons effectué un immense travail d’inventaire de notre patrimoine : 3 000 moules ont été référencés et de nombreux poncifs ont été numérisés. Un moule d’ours, pris dans la boue lors d’une inondation de 1995 et perdu depuis, a même été redécouvert : ce moule a bien sûr été minutieusement restauré et répertorié.

 


Depuis la reprise et la réembauche des anciens de Bourg-Joly, l’entreprise compte maintenant parmi ses membres un employé possédant un BTS arts de la céramique et deux diplômés des Beaux-arts. L’entreprise s’engage ainsi dans la recherche d’une nouvelle esthétique, d’un nouveau design. Nous voulons redonner vie au patrimoine culturel français, et plus encore, aujourd’hui, nous voulons innover. Tout en perpétuant les arts et les techniques des maîtres faïenciers du XVIIIème siècle, nous désirons nous associer avec des créateurs et de jeunes designers afin de remettre au goût du jour notre patrimoine artistique et culturel. Nous travaillons actuellement sur un certain nombre de projets à ce titre avec des intervenants extérieurs.

 

Nous construisons aussi un site internet qui sera mis en ligne avant la fin de l’année, présentant l’actualité de l’entreprise et la création d’une boutique en ligne sur laquelle nos clients pourront commander leurs produits favoris.

 

Quelles sont les spécificités de votre savoir-faire ?

 

La spécificité de notre savoir-faire est assurément technique et historique. Nos faïences sont des pièces de forme caractérisées, entre autre, par un ajourage réalisé à main levée, faisant la renommée des faïences de Bourg-Joly Malicorne. Tous nos produits sont réalisés à la main, ce qui fait de chaque pièce une pièce unique. Bien sûr, le soin apporté à chaque étape de la réalisation d’une pièce est primordial.

 

 

Les pièces décoratives représentent la majeure partie de nos réalisations. Elles sont dédiées à l’art de vivre, la décoration et à l’art sacré. La faïence de Malicorne est surtout connue pour ses coupes et corbeilles ajourées, ornées de fruits façonnés et estampés à la main.

 

Qui sont vos principaux clients ?

 

Nous recevons principalement des commandes venant de clients prestigieux, séduits par notre savoir-faire : l’hôtel de Matignon et l’Abbaye de Fontevraud, par exemple. Plus récemment, la faïencerie de Malicorne a eu l’honneur d’être sollicitée pour la décoration des tables de la réception organisée en l’honneur du mariage de SAS Albert II de Monaco. Pour l’événement, 342 corbeilles ajourées de différents modèles ont été produites. Pendant plusieurs semaines, toute l’équipe de Bourg-Joly s’est animée pour mener à bien ce merveilleux projet. Cette commande témoigne véritablement de la reconnaissance du savoir-faire de nos faïenciers et de la qualité de nos faïences.

 

 

Nous avons également pour clients certaines entreprises, pour lesquelles nous réalisons à façon des pièces commémoratives pour leurs événements et leur communication. Deux boutiques, l’une à Malicorne et l’autre dans la cité Plantagenêt au Mans, permettent à une clientèle de particuliers amoureux de nos produits d’acquérir nos faïences ou de commander des pièces personnalisées. Un réseau de revendeurs véhicule nos produits à travers la France, permettant ainsi la diffusion d’un patrimoine régional à l’échelle nationale.

 

Comptez-vous sur le label EPV pour redynamiser votre entreprise ?

 

Bien sûr, c’est un gage de qualité pour la clientèle et une reconnaissance pour notre entreprise. Grâce à ce label, nous pouvons inscrire cette dernière dans la durée, ce qui correspond parfaitement à nos nouveaux objectifs et nos ambitions. Nous désirons écrire une nouvelle page d’histoire et également permettre la transmission d’un savoir-faire séculaire, qui contribue à enrichir notre patrimoine artistique français.

 

 

Pour en savoir plus sur l'entreprise, cliquez ici.


06 Juillet 2011